“Un. Deux. Trois. Quatre. Cinq. Six. Sept. Huit. Neuf...”
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours, Norah, Cours !

Aller en bas 
AuteurMessage
Norah Crapaudine
.:: Administratrice :: Pataugeuse junior en Chef d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 40
Où te caches-tu? : A Eyyckau, pourquoiiiii ?
Que fais-tu? : J'y patauge comme un grand Pataugeur, d'abord !
Que dis-tu? : C'est vraiiiiiiiii ?!
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Cours, Norah, Cours !   Mar 28 Aoû - 18:21

* Norah ! Ton frère, il est... !*

C'était une course effrénée qu'effectuait la petite fille en ce moment. De toute sa mémoire, jamais elle n'avait courut aussi vite. Il faut dire que l'évènement était important. Il fallait qu'elle aille voir ( car c'était forcément vrai... ).

Pour atteindre sa destination, elle usait de chaque recoins, chaque passages qu'elle connaissait. Là, c'était le terrain du père Carnichau... Là, le toit de... Elle n'en savait rien, mais c'était un toit qui était un raccourci. On l'avait de nombreuse fois fâchée pour être passée par ici. Mais là, la nouvelle était bien trop importante. Pour cette fois, Norah ne pensait à rien. Juste qu'il fallait qu'elle aille voir.

Son cœur battait vite, peut-être qu'il allait exploser ? On lui avait dit ça une fois. Mais elle ne s'arrêta pas. Il fallait, il fallait qu'elle y aille !

L'hôpital.

Norah s'écroula à moitié devant quand elle fut arrivée. Elle tentait de reprendre tant bien que mal son souffle... mais c'était difficile. Elle se releva, et continua à marcher vers l'hôpital, les jambes tremblante. Elle se tenait droite. Elle ne voulait pas non plus qu'on la prenne pour une patiente... Non, elle était là en visite. Il y avait ce problème qu'elle ne reprenait pas son souffle, mais c'était pas le plus important. Elle alla tant bien que mal vers l'accueil, s'y arrêta. Ici, elle s'étala contre l‘accueil, collant ces bras nus contre le froids du bureau. C'était agréable ! Mais ce n'était pas ce qui était à penser sur le moment.


" S'il... S'il vous plaîîîîît"

Sa voix était encore faible, allez, courage Norah !

" S'il vous plaît !"

Enfin, l'infirmière remarqua la gamine. Très joliment maquillé, elle se pencha vers la petite qui était toute rouge.


" Je cherche... Je cherche mon frère !
- Tu n'es pas ici pour toi ?
- Naaaaaaan !
- ah, je croyais..."

L'infirmière fit un petit demi-tour, cherchant un verre et commença à le remplir d’eau, pour le servir à la gamine. :

" Comment il s'appelle ton frère ?
- Sorel... Sorel Crapaudine !"

Aaaah... C'était donc pour ça qu'elle avait courut aussi vite. Oui, et bien, était-ce bien malin ? Car pour le moment, la gamine était rouge, n'avait plus de souffle et était en train détaller sa sueur sur tout le bureau. L'infirmière tandis gentiment le verre d'eau que Norah commença à boire.

" Chambre 310, petite."

Norah ne prit même pas le temps de finir son verre. Elle le posa en vitesse, il tomba et se renversa sur la table au grand bonheur de l'infirmière et elle recourait déjà dans l'hôpital. Enfin, elle tomba dans la chambre 310. Oui, tomba. Elle se prit élégamment la porte, la défonçant à moitié avec le crâne et finit par se relever en se massant le haut de la tête.

" Norah ?"

La fillette releva les yeux. Il était là, ici...

" Une momie !
- Idiote ! C'est Sorel !
"

La jeune fille eut une petite larme aux yeux…

" Ah non, je voulais pas te dire idiote..."

Elle se releva et s'approcha du lit. Elle avait ses yeux bleus ouvert. Elle avait une tonne de question à poser, mais il y avait quelque chose d'important à faire auparavant. Une chose qu'elle avait crut ne plus être faisable il n'y avait que quelques heures seulement...

" Grand frère !"

Elle sauta dans les bras de son frère qui dût serrer les dents pour ne pas crier.

" Atch ! Doucement, je suis un peu cassé...
- On va te mettre des parties en robot ?
Elle avait les yeux écarquillés et croyait dur comme fer que c'était possible
- Je crois pas non..."

Norah jeta un rapide coup d’œil vers le bras droit de son frère. Celui ci sourit en repensant à la fois où il lui avait dit ça.

" Content de te revoir Norah...
- Et Papa ?
- Je... je l'ai vu... Mais il m'a semblé plus important de revenir ici...
- Il pouvait pas venir ?
- Non...
"

Norah serrait les vêtements de son frère, essayant de comprendre tout ce qui s'était passé dans la journée. De son bras emplâtré, Sorel caressa les cheveux de sa sœur du bout des doigts.

" Mais les gens ont dit que t'avais rejoint papa !
- Oui... La transmission était mauvaise... Ils ont mal compris ici... je pense que ça va faire une sacrée surprise aux gens...
- Mais tu voulais pas rester avec papa ?
- J'ai compris que j'avais mieux à faire
."

Norah était contente. Elle se trouvait égoïste, mais elle était satisfaite du retour de son frère. Même tout cassé. Ah, elle devrait l'encourager à y retourner, mais elle ne le ferait pas. Cette solitude qu'elle avait ressentit pendant quelques heures... Elle ne voulait plus le ressentir avant un moment. À moitié coincée dans les draps de son frère, Norah demanda :


" Pourquoi t'es cassé ? Ça a un rapport avec Papa ?
- Ah, je...

- S'il vous plaît, les visites sont terminées !"

Une infirmière prit la main de Norah et l'entraîna hors de la chambre tandis que la gamine criait qu'elle reviendrait, qu'elle lirait des histoires pour lui, avec son grand sourire habituel.

Enfin, Norah se retrouva hors de l'hôpital. Elle trouva un arbre à côté et s'assit, réfléchissant à tout ce qui s'était passé aujourd'hui... Les étrangers qu'elle avait vus aujourd’hui (elle ne les avait pas remarqués avant...), son frère qui ne reviendrait pas, son frère qui était revenu mais tout cassé…

Et maintenant, elle réfléchissait à quelles comptines elle pourrait lui chanter demain ?

S'en était des évènements pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Mizuno
.:: Survivante Nishanienne ¶
avatar

Nombre de messages : 9
Où te caches-tu? : Dans un hôpital...
Que fais-tu? : Je parle à une gamine..
Que dis-tu? : La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Cours, Norah, Cours !   Jeu 13 Sep - 14:11

Il fait chaud tout à coup.. Arrg ! D’où vient cette lumière intense ?

« On br1ûle ! Le transport BRÛLE ! Nous avons été touché ! Nous allons nous écraser !! Nous allons mou… »

« STOP ! »

Ayane se releva en sursaut, les mains accrochées à sa couette, le souffle court. Elle regarde autour d’elle, d’un air paniqué. Où est-elle ? Qu’est ce qu’il venait de ce passer ? Ah, oui. Elle était dans un lit d’hôpital… et ce n’était qu’un mauvais rêve.. encore un. Voilà trois jours qu’elle fait ces cauchemars, et elle ose toujours dire que le crash ne l’a pas affecté.. La femme chat s’essuie les sueurs froides qui se sont accumulées sur son front, de manière machinale. Son cœur s’est calmé. Une infirmière entre alors dans la chambre, alarmée.

« Ca va ? J’ai entendu crier ? Tu as eut un mauvais rêve ma chérie ? »

Ma chérie.. pourquoi persistait-elle à l’appeler ainsi.. c’était pas sa mère, non, en effet elle lui était une complète inconnue. Ayane lui répond pas, ne la regarde même pas. Depuis le crash elle est devenu muette, enfin que lorsqu’elle n’a pas de cauchemars. Ayane regardait par la fenêtre, elle voulait sortir fumer. L’infirmière ne se laissa pas déstabiliser par le silence de la jeune fille, après tout elle a du avoir à faire à bien plus pire qu’une gamine en pleine crise d’adolescence. Rayonnante, elle s’approche d’Ayane qui ne bronche toujours pas.

« C’est pas grave.. J’ai deux bonne nouvelles pour toi ! »

Les oreilles d’Ayane se dressèrent un peu plus qu’à leur habitude. Bien qu’elle ne voulait pas montrer un quelconque intérêt, elle venait de se trahire.

« Tu veux savoir ? »

Hummpf… Ayane replia ses jambes sur elle même, et posa sa tête sur le genoux. Elle regardait la seringue qui lui sortait de la main gauche. Elle avait horreur des seringues.. Elle s’en moquait des bonnes nouvelles. En tout cas l’infirmière prit le changement de position d’Ayane pour un oui.

« Je suis certaine que ça va te remonter le moral. Si tu me promet de boire assez d’eaux, je t’enlève la méchante seringue qui te fait si mal. Mais j’ai besoin que tu me promette. »

Stupide femme. Elle voulait qu’elle parle ? Et bien d’accord. De toute manière elle aurait tout fait pour sortire cette fichu seringue de sous sa peau.

« je promet. »

L’infirmière était heureuse de lui avoir arraché les quelques mots de sa bouche, et sans plus attendre lui retira la seringue de sa main. C’était une sensation étrange.. et très désagréable. Ayane commença à lécher sa plaie par automatisme.

« Non ne fait pas ça ! Attend j’ai un pansement pour toi. »

Ayane retira sa main et cracha doucement comme fait un chat qu’on a énerver. Pas de pansement ! Ca tire après sur les poils et ça fait horriblement mal. Pas touche. Peut-être ne voulait-elle pas perdre le peu de confiance que la jeune femme chat lui avait offert, l’infirmière se contenta donc d’un sourire.

« Bien, comme tu veux. Tu as le droit de sortire maintenant que tu n’es plus attachée à la machine. Je reviens plus tard pour t’apporter à manger. »

Oui c’est ça dégage. La jeune fille se lève. Depuis trois jours elle ne c’est pas lever du lit, elle à du mal à marcher. Vacillante, elle s’approche de son armoire. Son sac a été sauvé lors du crash, heureusement, sinon elle n’aurait pas put tenir ce magnifique paquet de cigarette entre les mains. Aujourd’hui c’est la fête. Peut-être qu’elle ne l’avait pas laissé sentire à l’infirmière, mais elle était heureuse.
En pantacourt, son long pull habituelle sur les épaules, elle pousse la porte de sa chambre. Elle aime pas les hôpitaux. C’est moche, ça pue, et le pire c’est qu’il y a pleins de vieux partout. Encore un peu instable sur ses pattes, Ayane prend son temps en marchant dans les couloirs. C’est alors qu’elle arrive à un tournant. Elle n’avait ni vu, ni entendu venir la petite fille qui lui fonça dessus. Ayane manqua de tomber mais se rattrapa de justesse sur le mur opposer. Furieuse, elle se retourne pour voir qui était l’insolente qui n’avait même pas prit la peine de s’excuser. Elle venait de disparaître dans une chambre d’un patient, la chambre voisine à celle d’Ayane. La jeune fille retroussa son chemin dans l’intention de gueuler sur la petite fille, mais arrivée au recoin de la porte Ayane s’arrête et écoute leur petit dialogue. Ils étaient donc frère et sœur. Le cœur d’Ayane se serra. Elle pensait à Suzu.

Une infirmière venait d’apparaître, et la regardait avec inquiétude.


« Vous allez bien ? Vous avez un malaise ? »

« Non. » dit-elle simplement avant de se décoller de la porte et partire direction sortit.

La petite fille dépassa Ayane dans les escalier, mais elle ne dit rien. Enfin arrivée dehors, la première chose qu’elle fit, ce fut d’allumer une cigarette. Bonheur. Pendant quelques secondes elle se sentait vraiment bien, tout le mal s’était dissipé, tout lui était égal. C’est alors qu’elle aperçu au coin des yeux la petite fille qui avait manqué de la faire tomber. Ayane sourit, un sourire mesquin, puis s’avança doucement vers la petite fille. Et sans se soucier comment elle allait réagire, ou de quoi elles allaient parler, Ayane tira une dernière fois sur sa cigarette avant de dire sur un ton tout à fait neutre :


« Norah c’est ça ? »

C’était bien son nom ? Elle l’avait entendu lorsque les deux étaient entrain de discuter.


Dernière édition par le Sam 29 Sep - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norah Crapaudine
.:: Administratrice :: Pataugeuse junior en Chef d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 40
Où te caches-tu? : A Eyyckau, pourquoiiiii ?
Que fais-tu? : J'y patauge comme un grand Pataugeur, d'abord !
Que dis-tu? : C'est vraiiiiiiiii ?!
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: Cours, Norah, Cours !   Mar 18 Sep - 23:13

Norah, depuis toute petite, était totalement dépourvue de ce qui pourrait se nommer instinct. Elle ne pouvait que se venter d'être pourvue d'un bon sens de l'orientation, mais sentir des gens venir dans son dos, c'était une autre affaire. En plus, en train de rêvasser à autre chose d‘une très grande importance, elle n'avait pas fait attention du tout au monde qui tournait autour d'elle. Elle sursauta à moitié, se releva en vitesse, sans trop prendre garde à la méchante branche d'arbre qui n'attendant que sa tête blonde pour lui déposer un petit souvenir... Bossu.

Aussitôt relevée, aussitôt ré-assise. Norah se frotta un moment de la tête avant de tourner sa tête, une petite larme à l'oeil, vers la voix qui l'avait à l'instant interpellée. À son énorme surprise, c'était une inconnue. Une des étrangères. Ah ! Elle avait été bien mise au courant de ces étrangers, mais en voir une d'aussi près... Peut-être la timidité que pouvait faire preuve la gamine aurait pu l'emporter, mais il y avait un mystère incroyable qui ne pouvait la faire taire.


" Woaaaaa ! Comment tu connais mon nom, m'dame ?"

Norah ne camouflait pas un regard qui envoyait un mélange d'étonnement et une admiration des plus totales envers cette inconnue qui connaissait déjà son prénom. La gamine semblait avoir oublié aussi simplement qu'elle avait mal, car elle tenta une nouvelle fois de se relever... En oubliant également qu'il y avait une branche qui l'avait empêchée de se relever, il n’y avait pas si longtemps. Une autre bosse plus tard, Norah se retrouvait de nouveau à genoux, se frictionnant la tête avec insistance, une larme à l'oeil.

La blondinette fit un pas de coté et cette fois ci parvint à se relever. Elle continuait à se frotter la tête d'une main, un oeil fermé, l'autre qui regardait cette maudite branche qui narguait la gamine par sa solidité, par ses feuilles bien vertes et par son petit bout d'écorce manquante due à deux collisions...

Enfin, Norah se tourna vers la jeune fille qui lui faisait face. Elle faisait preuve, assez involontairement d'un naturel gaffeur assez prononcé qui la caractérisait bien. Au moins, on ne pourrait pas lui reprocher de ne pas être naturelle... Elle força un sourire, malgré la petite larme au coin des yeux pour demander à l'inconnue :


" J'peux faire quelque chose pour toi, m'dame ?"

Au passage, Norah oubliait de demander par quel heureux hasard la demoiselle en face connaissait son nom... Oubliait ? Non, en fait, elle était certaine que c’était un don. Deviner les prénoms, comme ça. Ce qui rendait évidement la fillette d'autant plus admirative et respectueuse envers cette demoiselle-chat. Un don ! Une sorte de pouvoir magique ! Qui sait ce qu’elle pourrait être capable de faire cette demoiselle chat.

Inutile de préciser que cette appartenance profonde avec la magie qu’avait cette demoiselle-chat émerveillait et éveillait plus que jamais la curiosité de la gamine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Mizuno
.:: Survivante Nishanienne ¶
avatar

Nombre de messages : 9
Où te caches-tu? : Dans un hôpital...
Que fais-tu? : Je parle à une gamine..
Que dis-tu? : La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Cours, Norah, Cours !   Sam 22 Sep - 23:41

Le moment où la petite fille posa les grand yeux bleu sur elle, Ayane savait qu’elle venait de faire une gaffe en lui adressant la parole. Un sourcil levé, dans la main gauche la cigarette, et l’autre sur sa hanche, la femme chat regardait la petite fille se relever en vitesse, comme si quelque chose l’avait piqué. Paf, une branche sur la tête, la petite fille se retrouve de nouveau par terre. Pathétique. Pourtant, pendant une fraction de seconde, Ayane avait pensé à lui venir en aide. Ses lèvres s’entrouvrirent pour se refermer aussitôt, à quoi ça servait de lui demander comment elle va.. une branche sur la tête sa fait mal, puis voilà. Elle ne broncha donc pas, les pieds bien encrés sur le sol, insensible à la petite larme qui venait de se former au coin de l’œil. Ayane avait une pose relaxe, son expression du visage neutre, on pouvait voir qu’elle était un peu agacée, il ne faut quand même pas perdre les bonnes habitudes.. puis, elle ne pouvait s’en prendre qu’a elle-même, puisque c’est elle qui lui avait ouvert la bouche en premier. Pourquoi pas partire comme si de rien était ? Ayane fixait toujours cette fille de manière insolente. Les êtres de cette planète sont bien étrange quand même.. ils entendent quelque chose avec leur petites oreilles ? Ah… cette chose te répond enfin..

« Woaaaaa ! Comment tu connais mon nom, m'dame ? »

« … »

Pas de réponse. Ayane trouvait cette question inutile... Elle se contenta de tirer sur sa cigarette et d’en expirer la fumer de manière ennuyée. C’est pas vrai ! Cette gamine à la mémoire courte, ou est simplement débile. Ayane n’avait pas encore eut le temps de bien étudier les gens d’ici. Un peuple bien étrange, et de ce qu’elle avait vu, pas très futé. Comme s’ils avaient perdue leur instinct animal.. une race qui régresse au lieux d’évoluer ?

Ayane regardait maintenant la scène de manière amusée. Une troisième fois peut-être ? Non. Cette fois la gamine semblait avoir comprit qu’une branche lui barrait le passage. Possible qu’ils sont plus intelligent qu’elle ne le pensait. M’enfin. La femme chat se passa les mains dans les cheveux, décontractée. Elle n’avait pas bougé, ne fut-ce de se pencher un peu plus vers la droite, et de changer de pied sur lequel elle s’appuyait depuis le début. Les yeux n’avaient pas lâchés ceux de la fillette. Elle était jolie dans un sens.. sa façon naïve et maladroite lui donnait un petit côté mignon. Aller. Après tout ce n’est qu’une gamine.


« J'peux faire quelque chose pour toi, m'dame ? »

Ayane venait de tirer pour la dernière fois sur sa cigarette, s’approcha de l’arbre pour écraser son mégot sur le tronc avant de le faire disparaître dans une des poches de son pull. Polluer c’est mal.. enfin c’est ce que sa mère lui disait souvent. Ayane se dirigea alors vers la fillette, et avec un petit sourire aux lèvres elle lui caressa gentiment la tête, sans aucune gène.

« T’es mignonne. »

Aider Ayane ? Elle avait besoin de rien.. des informations peut-être.. sur le pays ? Mouais. Ses doigts se faufilèrent doucement à travers ses cheveux pour finalement tenir le menton de la fillette et d’un geste lent son bras se remit le long de son corps, la main cachée par les longues manches de son pull trop grand.

« Dis-moi. Il c’est passé quoi à ton grand frère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norah Crapaudine
.:: Administratrice :: Pataugeuse junior en Chef d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 40
Où te caches-tu? : A Eyyckau, pourquoiiiii ?
Que fais-tu? : J'y patauge comme un grand Pataugeur, d'abord !
Que dis-tu? : C'est vraiiiiiiiii ?!
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: Cours, Norah, Cours !   Sam 29 Sep - 3:05

Comment expliquer cela ? Norah était restée droite, n'avait pas esquissé un mouvement tandis que la demoiselle chat lui caressait les cheveux. La gamine aimait ça. Elle l'interprétait comme une marque d'affection. Mais c'était tout de même étrange, la demoiselle chat ne la connaissait pas, n'est-ce pas ? Pour Norah qui n'avait jamais eu un naturel craintif, connaissance ou pas connaissance, ce n'était pas un grand problème.

Mais pour la demoiselle chat fraîchement débarquée, c'était un autre problème.

Mais soudain, la solution. Peut-être que ces petits mouvements de mains sur la tête n'étaient absolument pas un signe d'affection, d'où venait les étrangers... Mais une prolongation du don qu'ils avaient naturellement ! Si en un regard ils pouvaient connaître les prénoms des gens, que pouvait-il en être avec un contact physique ? Norah se sentit rougir de contentement. Ces joues devenaient d'avantage rose quand elle était contente.

Norah se demandait que pouvait bien faire la demoiselle chat quand elle faisait ça ? Lisait-elle dans le coeur de la personne ? Ou regardait-elle des souvenirs ? Ou... Comment savoir ? Mais, Ah ! Elle avait pleuré il n'y a pas longtemps ! Elle ne voulait pas que la demoiselle chat le sache !

Elle ne voulait pas se montrer si pitoyable. La gamine se força alors à penser à autre chose. Elle devait, mais à quoi ? Et bien, et bien...

La blondinette eu un regard inquiets et scrutait à droite et à gauche, elle cherchait, que penser, que penser... Elle conservait malgré tous son immobilité, il ne fallait pas non plus interrompre le sortilège de la demoiselle chat ! Ah ! Quand elle irait raconter ça demain à son frère ! Elle lui apporterait des fleures aussi. C'est jolie, les fleures. Et son frère aimerais bien un peu de couleurs... Sans doute. Là, il était surtout en blanc. À Cause de cet espèce de déguisement de momie. Ah, oui, non, c'est qu'il avait eu un problème avec...

Norah s'était perdue dans ses pensées, ce fut les doux doigts de la demoiselle chat sur son visage et la dernière question qui la ramenèrent à la réalité.

Douce réalité ! En la touchant, la demoiselle chat avait vu que Norah avait un frère ! Et même qu'il avait eu des problèmes ! Si ce n'était pas extra-ordinaire, ça ! La gamine resta quelques secondes muette d'admiration, regardant d'un air ébahi l'étrangère. Norah était contente de faire sa connaissance, elle était contente de lui parler.

Ah, oui ! Parler ! La demoiselle chat avait posé une question ! La gamine émit un p'tit
"Ah !"

Et elle regarda par terre.

" Je sais pas... Ce qui lui est arrivé."

Elle n'avait plus qu'un demi-sourire.

" Il devait rejoindre Papa... Et moi, on m'a demandé de jamais rejoindre Papa... Je croyais que je serais toutes seule. Mais mon frère est revenu !"

La blondinette avait retrouvé le sourire quelque instant, mais celui ci s'estompa pour un sourire gêné.


" Je ne comprends pas... Papa aurait pu revenir avec mon frère, non ? Mais il est revenu seul. Et cassé... "

Norah baissa la tête et marmonna pour elle, d'une si petite voix qu'elle était difficile à entendre :

" Je ne comprends pas... Je ne comprends rien."

Enfin, elle releva la tête, passa un coup de manche devant un oeil et renifla bruyamment.

" Pardon."

Puis elle ajouta maladroitement, ses yeux bleus fixés sur la demoiselle chat, de nouveau un sourire aux lèvres :


" Et, aaaah... Pourquoiiii ?"

Le pourquoi référait bien sur à la question précédemment posée par la demoiselle chat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Mizuno
.:: Survivante Nishanienne ¶
avatar

Nombre de messages : 9
Où te caches-tu? : Dans un hôpital...
Que fais-tu? : Je parle à une gamine..
Que dis-tu? : La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Cours, Norah, Cours !   Lun 1 Oct - 12:38

Hum.. pourquoi la petite la regardait ainsi ? Ayane avait quelque chose dans le visage ? Sa main vint toucher sa propre figure, caresser sa joue et écraser doucement son nez, comme pour vérifier qu’il n’y avait rien d’anormal. La gamine avait réellement réussi à déstabiliser Ayane pendant quelques secondes… son regard était remplis d’une certaine admiration, et la jeune femme en était quelque peu perturbée. C’était pas la première fois qu’on la regardait ainsi.. la gorge de la femme chat se noua, se regard.. c’était le même que Suzu.

Elle ne voulait pas que la fillette le remarque, le vite passage de sa main dans la nuque et puis c’est bon. Un signe de nervosité. Ayane se racla la gorge, tout en fixant son interlocutrice qui après le mini silence avait enfin décidé de parler.

Au fur et a mesure du monologue de la gamine, oui, puisque Ayane ne dit pas un mot, la femme chat sentit ses membres un peu crispés, se détendre doucement. Pourquoi fut-elle prit d’une angoisse, quoique courte, mais soudaine ? Peut-être parce qu’elle venait de faire une expérience traumatisante, peut-être parce qu’elle était loin de chez elle, de ses parents, peut-être parce qu’elle se sentait seule à présent… Ayane pensait à beaucoup de choses en même temps, mais c’est pas pour cela qu’elle ne fit pas attentions aux mots de Norah. C’est quelqu’un de très attentif, c’est pas pour rien qu’elle a sauter deux classes ! Alors qu’elle avait l’air d’être ailleurs, la femme chat aurait pu répéter mot pour mot leur conversation depuis le début, ou presque. C’est à dire que les deux n’avaient pas parlé un roman non plus.

Cette gamine était étrange.. sa manière d’être certainement. Cet air détaché, ses grands yeux remplis de questions, dont vous savez déjà à l’avance, que vous serez incapable d’en donner une réponse, et surtout à ne pas oublier, la petite touche de naïveté. C’est gens là sont souvent dur à cerner. Pour quelqu’un comme Ayane c’est agaçant. Mais pour l’instant elle ne pouvait rien faire d’autre que d’écouter. Alors, écoutons.
Ayane haussa les épaule en guise de réponse à la dernière question de Norah. Elle voulait savoir plus sur la guerre ici. Elle avait déjà accumulée quelques informations ici et là, du comment et pourquoi son transport c’est écrasé, quelques petits ragots des infirmières.. bref.

Son frère était cassé. Revenait-il de guerre lui aussi ? Et c’était quoi l’histoire avec son père ? Ayane arrêta de respirer pendant une fraction de secondes. Elle ne savait pas trop ce qu’elle venait de comprendre, mais ça lui rappela Suzu.. encore une fois. Décidément.. Elle aussi on lui avait souvent dit de ne pas rejoindre sa jumelle, que maintenant elle était partit et qu’elle ne pouvait pas la suivre, mais qu’elle était toujours là, dans son cœur. N’importe quoi. Les sourcils légèrement froncés, la femme chat se permet de continuer la conversation sur se sujet, sans se soucier de l’état de la gamine, après.


« C’est les adultes qui ton dit ça ? À propos de ton papa ? »

*****Souvenirs*****

« Je sais qu’elle est morte ! Mais assumez le, merde ! Suzu est MORTE ! Voilà. MORTE ! Si moi je peux le dire alors vous aussi. JE SUIS PAS UNE GAMINE ! »
*****Fin*****


C’est ce qu’elle aurait voulut dire. Le crier dans la figure de ses parents. Mais non. Rien. Ah si, une tentative de suicide, donc rien après tout, puisque ça ne resta qu’une tentative.
Maintenant elle regardait la gamine d’un air triste, comme si elle avait pitié de la petite. Les adultes sont stupides de mentir.


« Ey. Il est mort ton papa. Il reviendra jamais. »

Vraiment aucun tact. Pourquoi elle venait de dire ça ? Peut-être qu’il était même pas mort son père, peut-être qu’il était encore vivant. Tant pis. Trop tard c’est déjà dit maintenant. Et si elle pleure ? Et bien elle pleurera, ça fait du bien. Ayane aussi avait pleuré, mais chut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norah Crapaudine
.:: Administratrice :: Pataugeuse junior en Chef d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 40
Où te caches-tu? : A Eyyckau, pourquoiiiii ?
Que fais-tu? : J'y patauge comme un grand Pataugeur, d'abord !
Que dis-tu? : C'est vraiiiiiiiii ?!
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: Cours, Norah, Cours !   Mar 16 Oct - 19:15

Norah resta sans voix lors de cette affirmation. Elle ne savait pas comment réagir, quoi faire. Son sourire habituel s'effaça pour laisser place à de la stupéfaction, une surprise des plus totale. Elle pencha la tête sur le coté et émit un petit

"Hein ?"

Comment ça mort ? Mort comme, il n'est plus là ? Mort comme c'est fini ? Mort comme... Mais comment la demoiselle chat pouvait-elle affirmer de tels choses, aussi ? C'était... Encore ce don ? La fillette se mordit la lèvre inférieure, serra les poings tandis qu'elle sentait les larmes poindre. Mais elle ne voulait pas pleurer. Elle ne le voulait pas. Pas devant une inconnue.

" Il est... Pas chouette ton don..." Grommela-t-elle doucement.

Norah regarda fixement sur le coté, dans le vide, essuyant de sa manche maladroitement quelques larmes qui ne s'arrêtaient pas de couler et reniflait bruyamment. Elle n'osait plus regarder la demoiselle chat... Cette dernière pourrait peut-être dire autre chose qui casserait sa détermination à ne pas pleurer... Mais même. Les mots restaient. Regarder la demoiselle chat, c'était ré-entendre ces mots là.

Ce don était si agréable au début ! De la vraie magie ! Mais maintenant... Ce n'était plus amusant, plus du tout.

Droite sur ces deux jambes, Norah resta muette, ne sachant plus trop ce qu'elle devait faire. Elle aurait voulu aller dans son coin pour pleurer, elle aurait voulu aller retrouver son frère qui n'était pas très loin en plus. Mais ça voulait dire partir brusquement, laissant la demoiselle chat seule. Et ce ne serait pas bien. Ce serait méchant.

Elle ne se sentait pas capable d'être méchante. Alors elle forçait ces jambes à rester là. Enfin, La blondinette prit une grande inspiration, essuya une bonne fois pour toutes ces larmes d'un revers de manche ravageur, et regarda la demoiselle chat droit dans les yeux. Elle avait un regard qui démontrait une grande détermination, bien que le nez coulant et les yeux rouges gâchaient quelque peu le tableau. Elle finit par articuler d'une voix forte :

" On va visiter !"

Elle saisit la main de la demoiselle chat de sa main propre (coup de chance en fait.) et la tira vers la ville, sans trop faire attention à l'infirmière qui appelait au loin une certaine Mlle Ayane. Ça ne concernait pas la gamine, bien déterminée à faire visiter la ville à la demoiselle chat. Mais elle s'étonna tout de même de ne pas connaître cette personne. Car elle en connaissait du monde à Eyyckau, Norah ! Et elle en était très fière !

Noyer les soucis dans son boulot de Maraudeuse junior, tel était le remède de Norah. De toute façon, elle était trop jeune pour boire...

[ HRP : Après, c'est toi qui vois, soit tu suis Norah qui te fait une visite de la ville, soit Tu t'arrêtes de la suivre, dans ce cas, on continue ici.. =)

Et encore désolée pour le retard ! ] Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours, Norah, Cours !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours, Norah, Cours !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours forest, cours !.....
» Cours de géopolitique
» Reprise des cours
» C.R : test d'un cours de mma
» mon 416 trial/boulo en cours de fabrication

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Le chat et la souris ¶ :: ++ Jouons! ++ :: Eyyckau. :: L'hôpital-
Sauter vers: