“Un. Deux. Trois. Quatre. Cinq. Six. Sept. Huit. Neuf...”
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau

Aller en bas 
AuteurMessage
Ysahie Euménide
.:: Futur Pataugeur Junior d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 14
Où te caches-tu? : Sur le pas de la porte du Pataugeur d'Eyyckau.
Que fais-tu? : Je sonne...
Que dis-tu? : Un enfant sans père est semblable à une maison sans toiture.
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Sam 17 Nov - 4:26

Je vais traverser des déserts, et des montagnes, et plein d'endroits dangereux... Et je marcherai seul, dans le vent et la pluie, dans la chaleur et la poussière, et je combattrai à mains nues les horribles animaux qui se dresseront devant moi ! Et si une machine gibraenne se pointe devant moi, PAF, PAF ! Je la briserai en deux ! Eh ouais !! Alors quand vous entendrez parler de l'homme qui a vaincu les forces de la nature, vous saurez que ce sera moi, Ysahie Euménide !

Les enfants assis en rond autour du petit rouquin émirent un "Oooooooh" d'admiration. Ysahie était fier de lui, décidément, il avait la tchatche. Il se leva, prit un air très important, et ajouta :

Il se peut aussi... Que je ne revienne jamais. Mais ne m'oubliez pas !
Quoiiiiii, mais, Ysahie, tu vas quand même pas... Mourir ??
Ne t'inquiète pas, Hora, je ferai de mon mieux... Pour survivre... Ysahie mesura l'effet de ses paroles sur son auditoire, puis, juste à l'instant où les autres enfants allaient commencer à lui poser des questions, il sortit une sorte de guitare d'un étui posé à côté de lui, et en gratta un peu les cordes, ce qui eut pour effet de faire taire immédiatement son public.
Et maintenant... Un petit air de guidjo pour vous dire adieu ! La "guidjo" était en réalité un mélange de guitare et de banjo, et si Ysahie l'avait appelée comme ça, c'est parce que c'était lui qui l'avait fabriquée. Sa mère était toujours très fière de montrer aux clients d'Hippo ses nouvelles créations et inventions.

Il était très habile de ses mains.
Il commença à gratter les cordes de sa guidjo, et se mit à chanter.


Je dois partir, mes chers amis,
Ne m'laissez pas, tomber dans l'oubli,
Vous me manqu'rez, tous autant qu'vous êtes,
Mais quand je reviendrai, on fera la fête !

Au revoir, mes amis,
Pas d'adieu, c'est promis !
Vous me donnez, tell'ment d'espoir,
Mes amis, Au revoir !


[Sur l'air de "Take me home, Country Roads"... Wink]

Mais il ne put pas enchaîner sur le second couplet, non seulement parce que la plupart des petites filles pleuraient à chaudes larmes, mais surtout parce que sa mère, Léthéïa, venait de pousser un cri : YSAHIE, L'AEROBUS EST LA, DEPECHE TOI !!

L'aérobus ? Mais tu ne devais pas march... Ysahie ne laissa pas la petite terminer sa phrase, il balança sa guidjo dans son étui, et partit en courant et en riant à gorge déployée. C'était tout juste l'image qu'il préférait laisser à ses amis avant de partir.

Il courut jusqu'à sa mère. Subitement, alors qu'il s'apprêtait à la laisser au village, tandis que lui partait pour une durée indéterminée, il la vit comme la femme fragile qu'elle était, et non plus comme la mère si vivante et si forte qu'il avait toujours connue. Toujours dans l'élan de sa course effrénée, il sauta dans les bras de sa mère, qui manqua de peu de tomber à la renverse. Le visage enfoui dans son imposante chevelure, il murmura :


Je t'aime, Maman... Léthéïa, trop émue pour répondre, l'embrassa et le serra si fort qu'il pensa que ses os allaient craquer. Le conducteur de l'aérobus klaxonna, impatient. Ysahie se défit de l'étreinte de sa mère, à contrecoeur. Son visage ruisselait de larmes, mais, pour une fois, il ne pensait même pas au fait que ses amis pouvaient le voir. Sans un mot, il prit le sac de toile qui l'attendait près du bus, jeta un dernier regard derrière lui, et monta. Il plaça son sac et sa guidjo sur le porte-bagages, puis s'assit, et colla le visage à la fenêtre. Il tenta de sourire à sa mère à travers la vitre, mais il ne réussit qu'à faire une sorte de grimace.

Léthéïa, quant à elle, arborait un grand sourire. Mais ses yeux révélaient la profonde tristesse qui l'habitait.

L'aérobus se mit enfin en route. Les amis d'Ysahie avaient rejoint sa mère sur le bas-côté. Ils lui faisaient de grands signes, auxquel il répondit, le coeur gros.

*Qui sait quand je les reverrai...*
Il vit les êtres qu'il avait le plus aimés rétrécir de plus en plus, puis disparaître au loin. Il resta encore collé à la fenêtre plusieurs minutes, regardant sans le voir le paysage défiler, puis se laissa tomber en arrière, sur son siège.

Ca y était. Cette fois-ci, son voyage vers l'inconnu n'était plus un vague fantasme mais bel et bien la réalité. Ysahie se leva et fouilla dans son sac. Il en sortit une petite feuille de papier pliée en huit. Il s'agissait des recommandations de sa mère. Il approcha la feuille de sesnarines. Elle sentait le parfum de sa mère. Il huma la douce odeur de jasmin et de gingembre, les yeux fermés. Il sentit sa gorge se nouer. Pour éviter de ses mettre à pleurer, il relut pour la centième fois au moins depuis une semaine les mots de sa mère.


Citation :
Mon Ysahie,

Voici quelques conseils qui te seront fort utiles, je pense, pour ton voyage. Tout d'abord, attends d'avoir faim pour entamer ton pique-nique, car la route sera longue, et il ne faudrait pas que tu gâches ta nourriture par gourmandise. Ensuite, sois courtois et serviable avec tout le monde. Si tu prends froid, n'oublie pas de te moucher souvent.
Quand tu seras arrivé à Eyyckau, ta priorité sera de demander l'aide du Pataugeur. Demande aux habitants autour de toi s'ils le connaissent et s'ils peuvent te conduire à lui. Une fois que tu l'auras rencontré, demande-lui de t'amener à un hôtel qui ne soit pas torp loin de l'hôpital. Une fois là-bas, prends-toi une chambre, déposes-y tes affaires, et rends-toi à l'hôpital. Là-bas, demande s'ils soignent quelqu'un qu'on appelle Bleuet, ou Le Fauconnier. S'ils te disent que non, demande Tristan Pellinore. Si c'est toujours non, retourne voir le Pataugeur d'Eyyckau et demande lui de l'aide pour le retrouver. Les Pataugeurs connaissent toujours beaucoup de monde.
Si jamais il est bien à l'hôpital, alors ce sera à toi de décider quoi faire. Quoique tu fasses, et quoiqu'il arrive, sois fort, mon fils.
Si tu apprends qu'il n'est pas à Eyyckau, ou pire, qu'il est mort, ne te précipite pas. Prends le temps de visiter la ville. n'oublie pas qu'il y a vécu plusieurs années. T'imprégner des lieux où il a vécu pourrait t'aider à mieux le comprendre.
Ton avenir est entre tes mains, mon fils. N'aie pas peur, et va au-devant de lui. Je sais que tu es fort et courageux. Le simple fait que tu aies décidé de partir prouve ta valeur.
Il ne s'écoulera pas un instant jusqu'à ton retour sans que je pense à toi.
Que la paix et le bonheur t'accompagnent.

Ta mère qui t'aime plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zann.sup.fr
Ysahie Euménide
.:: Futur Pataugeur Junior d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 14
Où te caches-tu? : Sur le pas de la porte du Pataugeur d'Eyyckau.
Que fais-tu? : Je sonne...
Que dis-tu? : Un enfant sans père est semblable à une maison sans toiture.
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Sam 17 Nov - 4:27

A force de lire et relire la lettre de sa mère, Ysahie s'était endormi, la tête coincée entre son siège et la fenêtre, la feuille serrée dans ses mains crispées. L'aérobus fonçait à travers la forêt, suivant la seule piste assez entretenue pour qu'un engin aussi large puisse l'emprunter. Les émotions avaient fatigué Ysahie, qui ne se réveilla qu'aux alentours de midi, quand l'aérobus fit une pause pour laisser le tri-moteur refroidir. Il se leva, essuya la salive qui avait séché au coin de ses lèvres, et prit son sac. Il en sortit le pique-nique de sa mère, et en mangea distraitement la moitié. La plupart des autres voyageurs faisaient de même, certains toujours assis sur leur siège, d'autres en se dégourdissant les jambes, au dehors.

Ce n'est qu'au bout de cinq bonnes minutes qu'Ysahie réalisa qu'ils étaient sortis de la forêt de Palashik. Il en lâcha son sandwich dans sa boîte de fer blanc, et se colla une fois de plus à la fenêtre. Sous ses yeux, et pour la première fois de sa vie, s'étendaient les Plaines Touffues. Lui qui n'avait jamais eu d'autre environnement que la jungle, était à présent confronté à un horizon si lointain qu'il en avait le tournis. De l'herbe, de l'herbe à l'infini, et presque aucun arbre !

Toujours sous le choc, il se hâta de descendre de l'aérobus. Même l'air avait une odeur différente. Le bruit de ses pas n'était pas le même que d'habitude, et au lieu de la rumeur constante de la faune de la jungle, il n'entendait que la vent qui balayait inlassablement les plaines. La sensation de l'air dans ses cheveux l'émerveilla. Il fut très déçu lorsque le chauffeur rappela tous les passagers avant le départ. Il regagna sa place à contre-coeur. Il était tellement heureux qu'il n'avait plus faim. Il rangea la boîte de son sandwich dans son sac. L'aérobus repartit.

Tandis que les plaines défilaient sous ses yeux, Ysahie repensa à sa mission. A peine une semaine plus tôt, sa mère lui avait fait une révélation qui l'avait laissé pantois.

Quelques jours plus tôt, on avait amené au Camp Volant un homme qui était très gravement blessé. Le médecin du camp doutait même de ses chances de survie. Il avait apparemment été victime d'une attaque au laser d'un Officier. Sa peau était brûlée, et, par endroits, elle collait à ses vêtements. Ysahie l'avait tout de suite reconnu, c'était le Fauconnier, le Pataugeur de la forêt de Palashik. Il était inconscient, et son visage avait les traits et la couleur de la mort. Pourtant, il était vivant, et Oscar Arcane, le Pataugeur en Chef, avait exigé qu'on le transporte jusqu'à Eyyckau pour qu'il reçoive les soins adéquats. Cette affaire avait fait beaucoup de bruit au Camp Volant.
La mère d'Ysahie avait eu l'air d'être beaucoup plus bouleversée que les autres habitants du Camp. Pendant plusieurs jours, elle avait semblé préoccupée. Puis, elle était venue le chercher alors qu'il jouait avec ses amis, et lui avait dit qu'elle avait des révélations à lui faire. Et là, il avait découvert que le moribond qu'ils avaient amené au Camp, celui qui avait été le Pataugeur de la région depuis au moins sa naissance, et qu'il croisait régulièrement sans pour autant lui avoir déjà vraiment parlé, n'était autre que son père.
En le voyant aux portes de la mort, elle avait réalisé que son fils n'aurait peut-être pas le temps de lui parler, et s'était décidée à rompre le secret un peu plus tôt que prévu, car Ysahie n'aurait dix ans que plusieurs mois plus tard.
Cette nuit-là, il n'avait pas dormi. Les questions se bousculaient dans sa tête. Quand l'aube s'était levée, il avait pris sa décision. Il partirait à Eyyckau pour retrouver son père.

Puis, tout s'était enchaîné, et tellement vite qu'il avait à peine eu le temps de le comprendre. En une semaine, sa mère avait tout orchestré. Elle avait entendu dire que le Fauconnier avait finalement survécu au voyage, et qu'il avait été hospitalisé à Eyyckau. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Ysahie s'était retrouvé dans l'aérobus.

Il avait été surpris de constater que, malgré ses neuf ans et demi, il avait eu l'autorisation de sa mère de partir seul pour un si long voyage. Cela prouvait bien la confiance qu'elle avait en lui. Repenser à sa mère lui donna de nouveau un coup de blues, et il ne put s'empêcher de pleurer à nouveau.


Vers 15h, l'aérobus stoppa non loin des Monts à l'Envers. Ysahie s'émerveilla denouveau devant un paysage dont il n'avait même jamais soupçonné l'existence. Tout à coup, son voyage ne lui apparaissait plus comme une contrainte mais comme un passage obligé, voire peut-être ce qu'il lui fallait depuis toujours. En observant le reflet dans l'eau de l'imposant massif, il se fit la réflexion qu'il était probablement fait pour l'aventure. Il était hyperactif, curieux, boute-en-train, artiste et sensible, bien que courageux... En un mot, le profil type de l'aventurier ! Tout en mâchonnant le reste de son sandwich, il s'imagina à la tête d'une bande d'Etripe-Potes, marchant sur la forteresse gibraenne avec assurance... Mais il laissa cette idée de côté : il était fait pour barouder, pas pour se battre. Il s'imagina alors Pataugeur des Monts à l'Envers, grimpant sur les flancs escarpés du volcan, guidant les voyageurs égarés, plongeant dans le lac...
Il remonta dans l'aérobus, nettement plus gai. Son naturel avait repris le dessus. Il passa les six heures suivantes à s'imaginer héros d'Eyyckau, champion d'Energyball ou siégeant à la place du Juge au Gouvernement, et, grâce à ses idées de génie, libérant Gahéa du joug des Gibraens.

Il fut déçu de constater qu'il ne pourrait pas profiter du paysage du Désert d'Hibogh, car, à 21 heures, la nuit était tombée. La pause de l'aérobus fut également de courte durée, car la température avait vraiment chuté. Il termina son pique-nique le nez collé à la fenêtre dans l'espoir d'apercevoir quelque chose, mais c'était peine perdue.

Il finit par s'endormir, la tête sur un accoudoir, les jambes pendant dans le couloir.

Il rêva de sa mère. Il rêva qu'elle lui expliquait en quoi il ressemblait à son père.
Tu as ses cheveux roux, mais surtout ses beaux yeux d'un noir si profond que toutes les filles sont obligées de frissonner... Ton visage est plus rond que le sien, mais tu es beaucoup plus fin. D'ailleurs, si tu ne manges pas plus, un jour, tu vas t'envoler ! Pour l'instant, ta taille est normale, mais qui sait, d'ici quelques années, tu auras peut-être vraiment grandi... Ton père, lui, avait à onze ans la taille d'un garçon de quatorze ou quinze. Il a d'ailleurs toujours été très musclé, parce qu'il adorait le sport. Toi, évidemment, c'est différent, puisque tu ressembles toujours à un fil de fer... Ah, oui, il y aussi autre chose que vous n'avez pas en commun, c'est la nature de cheveux... Tu n'as pas hérité de mes cheveux bouclés, mais ils sont indéniablement plus épais que ceux de ton père, d'ailleurs, il n'y a qu'à voir comment tu peines à te les coiffer... Elle le serra dans ses bras.

Je t'aime, Ysahie. Il allait lui demander si elle aimait toujours son père, mais subitement son image se brouilla : il venait de se faire réveiller par un cahot de l'aérobus.

Le soleil était déjà haut dans le ciel, et il était le dernier voyageur du bus à dormir. Il était plus de midi. Il essuya le coin de sa bouche, et découvrit avec stupeur qu'il y avait une petite flaque de salive sur le siège où il avait dormi. Un peu honteux, il tenta de l'éponger discrètement avec sa manche. Une fois le siège à peu près propre (contrairement à sa manche), il s'étira. Il se demandait pourquoi il avait fait un tel rêve. Depuis la découverte de l'identité de son père, il ne s'était pas posé une seule fois la question des sentiments que pouvait avoir sa mère pour son père. Ils se voyaient souvent, et pourtant ils ne se parlaient presque jamais... Et pourtant, elle avait été bouleversée par son accident...

Décidément, Ysahie aurait beaucoup de questions à poser à son père... S'il était encore vivant. Mais il ne déprimait plus. Il était, au contraire, déterminé. Il songea qu'il était dans le bus depuis plus de vingt-quatre heures. Il colla le front à la vitre, et sursauta de stupeur. Non seulement ils étaient entourés d'un immense désert blanc, mais en plus, il voyait, au loin, s'agrandir l'immense dôme d'Eyyckau !

Le temps d'observer la neige qu'il voyait pour la première fois, l'aérobus approchait d'Eyyckau. Plus le temps passait, et plus son estomac se serrait. Qu'allait-il trouver dans cette immense ville inconnue ?

Ce fut aux alentours de 13h30 que l'aérobus entra dans Eyyckau. Ysahie pensait vraiment qu'il ne verrait plus jamais rien de plus impressionnant que les magnifiques régions qu'il avait traversées depuis la veille, et pourtant, il s'était trompé. Eyyckau était certainement le plus bel endroit au monde. Quelques minutes après son entrée dans la ville, l'aérobus s'arrêta enfin.

Eyyckau, terminus de la ligne, tout le monde descend ! cria le chauffeur avant de s'étirer les jambes. Les voyageurs, heureux d'en avoir enfin terminé avec le long trajet, se précipitèrent au dehors, d'une démarche un peu bancale à cause de leurs jambes engourdies. Ysahie sortit en dernier, son sac sur l'épaule droite, sa guidjo sur l'épaule gauche. La bouche entrouverte, il fit quelques pas dans la rue. Les immeubles, le trafic, même les habits des habitants étaient nouveaux pour lui. Il marcha au hasard pendant près d'une demi-heure, s'exclamant de joie devant un petit parc, se tenant à un mur de peur de s'évanouir de bonheur après avoir testé le fonctionnement d'un passage pour piétons.

Puis il se souvint des recommandations de sa mère. Il interpella plusieurs passants, leur demandant où trouver le Pataugeur d'Eyyckau. Les cinq premiers ne purent pas le renseigner, mais le sixième lui écrivit une adresse au dos de la lettre de sa mère, et lui indiqua la direction générale. Entre ce moment et le moment où il entra enfin dans le petit quartier résidentiel d'allure modeste, il avait dû demander son chemin à une bonne quinzaine de passants, et il avait tellement marché que ses pieds lui faisaient souffrir le martyre. Il approcha de la maisonnette dont on lui avait parlé. Il vérifia l'adresse trois fois, puis se décida à appuyer sur la sonnette à côté de la porte. Son coeur battait la chamade. Pourtant, il savait bien que son père ne serait pas là, mais prendre contact avec le Pataugeur d'Eyyckau, c'était faire un grand pas en avant dans sa mission...

La porte s'ouvrit, et ainsi commença l'aventure d'Ysahie Euménide.


Dernière édition par le Dim 18 Nov - 2:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zann.sup.fr
Gabriel

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Sam 17 Nov - 6:44

Je viens de danser trois heureS non-stop sur du francky Vincent et j'ai quand même trouvé ta fiche merveilleuse. J'aime particulièrement les passages écrit par la mère d'Ysahie! Très émouvant...
En espérant le voir jouer bientôt... BISOUS Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysahie Euménide
.:: Futur Pataugeur Junior d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 14
Où te caches-tu? : Sur le pas de la porte du Pataugeur d'Eyyckau.
Que fais-tu? : Je sonne...
Que dis-tu? : Un enfant sans père est semblable à une maison sans toiture.
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Sam 17 Nov - 13:00

Oooh, eh bien merci beaucoup, Gabriel Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zann.sup.fr
Oscar Arcane
.:: Administrateur :: Pataugeur en Chef ¶
avatar

Nombre de messages : 97
Où te caches-tu? : À peu près partout... =3
Que fais-tu? : Patauge...
Que dis-tu? : Enchanté! =D
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Dim 18 Nov - 3:38

J'ai beaucoup aimé aussi! Bienvenue à Ysahie!

je m'occupe de ta validation! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://halergai.blogspot.com
Ysahie Euménide
.:: Futur Pataugeur Junior d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 14
Où te caches-tu? : Sur le pas de la porte du Pataugeur d'Eyyckau.
Que fais-tu? : Je sonne...
Que dis-tu? : Un enfant sans père est semblable à une maison sans toiture.
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Dim 18 Nov - 4:10

Merci beaucouuuup !! XD J'ai hâte de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zann.sup.fr
Norah Crapaudine
.:: Administratrice :: Pataugeuse junior en Chef d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 40
Où te caches-tu? : A Eyyckau, pourquoiiiii ?
Que fais-tu? : J'y patauge comme un grand Pataugeur, d'abord !
Que dis-tu? : C'est vraiiiiiiiii ?!
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Dim 18 Nov - 15:52

Ouais, bienvenue ici ! (Heu, ouais, j'aurais pu valider, maiiiiis.... J'y ai pas pensé... trop fatiguée...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysahie Euménide
.:: Futur Pataugeur Junior d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 14
Où te caches-tu? : Sur le pas de la porte du Pataugeur d'Eyyckau.
Que fais-tu? : Je sonne...
Que dis-tu? : Un enfant sans père est semblable à une maison sans toiture.
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Dim 18 Nov - 16:46

Pas grave ! Le plus important c'est que tu ailles me répondre dès que tu peux, puisque je suis actuellement sur le pas de ta porte Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zann.sup.fr
Norah Crapaudine
.:: Administratrice :: Pataugeuse junior en Chef d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 40
Où te caches-tu? : A Eyyckau, pourquoiiiii ?
Que fais-tu? : J'y patauge comme un grand Pataugeur, d'abord !
Que dis-tu? : C'est vraiiiiiiiii ?!
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Dim 18 Nov - 18:16

haha, heu ouiiii, je réponds... LPVP... (le plus vite possible)

heu, quand j'aurais le temps ! é_è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysahie Euménide
.:: Futur Pataugeur Junior d'Eyyckau ¶
avatar

Nombre de messages : 14
Où te caches-tu? : Sur le pas de la porte du Pataugeur d'Eyyckau.
Que fais-tu? : Je sonne...
Que dis-tu? : Un enfant sans père est semblable à une maison sans toiture.
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   Dim 18 Nov - 18:48

Oui oui mais t'inquiète pas, j'suis pas du tout pressée ! (mince pourquoi même quand je veux pas le faire, je donne l'impression de harceler les gens ?... -_____-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zann.sup.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ysahie Euménide, futur Pataugeur Junior d'Eyyckau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Construction du futur VOYAGEENMOG
» [Le Havre] Le futur Centre de la mer
» Futur Burg-Man 125
» [Le Havre] Futur hôtel de police
» Le TER du futur sur les rails !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: Le chat et la souris ¶ :: ++ Qui est le loup? ++ :: La distribution des rôles. :: Registre des Gahéaans-
Sauter vers: